mardi , 31 janvier 2023

Redis Labs: pourquoi le futur des bases de données est-il dans le In-Memory multi-modèle?

Après plus de 146 millions levés, Redis Labs poursuit sa croissance tout en bousculant les modèles de licence open source pour se protéger.
Ofer Bengal et Yiftach Shoolman, cofondateur de Redis Labs
Ofer Bengal et Yiftach Shoolman, cofondateur de Redis Labs

Comment une start-up comme Redis Labs est-elle devenue en moins de 8 ans l’une des coqueluches de la Silicon Valley? Pour quelles raisons a-t-elle conquis des entreprises comme Twitter, American Express, MSN, United, Cisco, The Home Depot… mais aussi Crédit Agricole, Schneider Electric, BNP/Paribas, British Airways, Carrefour, FedEx, Thomas Cook ou Mercedes Benz?
Dans une société de l’instantané (Netflix, AWS, Ubern Tiwitter…), des bases de données pouvant répondre en moins d’une milliseconde s’imposent, selon Redis Labs. Place de l’IT a rendu visite à l’éditeur à Santa Clara.
Découvrez comment cette startup a levé près de 150 millions de dollars et pris en pain la destinée de l’un des projets open source majeur des bases de données In-Memory distribuées “nouvelle génération”.
L’article revient aussi (illustration à l’appui) sur la mise en place d’un système de “licence de type open source modifiée” à travers laquelle l’éditeur tente de se protéger contre les géant du cloud, tout comme Confluent (fondateurs de Kafka), MongoDB, ou encore Gridgain.
Outre les multiples illustration, l’article résume dans un tableaux les principaux faits et chiffres de la start-up.

 

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Vincent Strubel, directeur général de l’ANSSI, et Mathieu Feuillet, sous-directeur des opérations de l’Anssi

Panorama de la cybermenace 2022: argent, espionnage et déstabilisation. Tout va vraiment mieux?

Le rapport 2022 sur la cybermenace du Cert-FR de l’Anssi pointe les évolutions des attaques. Première intervention de Vincent Strubel, nouveau DG de l’Anssi.