samedi , 28 mai 2022

Le nouveau SaaS de gestion de la production de Sage restera-t-il Intacct?

Difficile, le Manufacturing sur le cloud! Sage avance humblement pour ajuster le coup. Et si Intacct annonçait la vraie révolution Cloud chez l’éditeur?
Pacôme Lesage, président chez Sage France et Europe du Sud
Pacôme Lesage, président chez Sage France et Europe du Sud

L’éditeur britannique Sage a choisi la France pour lancer sa nouvelle solution 100% SaaS Sage Intacct Manufacturing, destinée aux PMI de 20 à 500 salariés, et multilingue.
Il s’agit de combler également d’adresser mieux et plus largement le marché, en comblant une lacune de l’offre Manufacturing entre Sage 100 Production (15 à 150 salariés) et Sage X3 (50 à 5000 salariés).
«Un acteur européen comme Sage doit évoluer sur de nombreux aspects. Ainsi, nous devons élargir notre spectre des experts-comptables et PME-PMI, vers les ETI (entreprises de taille intermédiaire). Et surtout, notre large portfolio doit évoluer pour proposer de plus en plus de solutions en mode SaaS sur le cloud,» reconnaît Pacôme Lesage, président chez Sage France et Europe du Sud. «Aujourd’hui, nous proposons déjà de la paie, de la comptabilité/finances, et aujourd’hui Sage Intacct. Il s’agit d’une marque ombrelle que nous avions acquise aux Etats-Unis et qui arrive progressivement en Europe. Nous lançons maintenant le module Sage Intacct Manufacturing, et la France est le premier pays concerné.»
Place de l’IT a rencontré l’équipe de direction de Sage France pour  évoquer sa stratégie avec cette nouvelle offre, son positionnement et ses atouts. Audacieux et intéressant!

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Thierry Lottin, directeur général pour la France et l’Afrique du Nord et de l’Ouest chez Veeam

+85% de budget Protection des données pour les entreprises françaises. Cela suffira-t-il?

Cyberattaques, ransomwares… Une étude Vason Bourne/Veeam peint le tableau noir de la protection des données, comme nous le Veeam avec Thierry Lottin, son DG.