vendredi , 19 juillet 2019
Home / Interviews IT / Pierre Pakey, Mindsay: «Marketing conversationnel: vers l’apprentissage autonome des bots»

Pierre Pakey, Mindsay: «Marketing conversationnel: vers l’apprentissage autonome des bots»

Spécialiste des agents virtuels au service de la relation client, Mindsay (ex-Destygo) lève 8,9 millions d’euros pour se distinguer sur le terrain de l’IA.
Mindsay: l'équipe fondatrice de la start-up
Mindsay: Pierre Pakey entouré de Guillaume Laporte (gauche) et Ilias Hicham (droite)

Connue auparavant sous le nom de Destygo, Mindsay lève 10 millions de dollars pour déployer sa solution d’intelligence artificielle pour la relation client des entreprises en Europe et en Amérique du Nord. Les fonds d’investissements White Star Capital (USA) et Partech (France) viennent soutenir la start-up parisienne, avec l’appui de deux ses clients (Groupe ADP et Accor).
Place de l’IT propose une interview dense avec Pierre Pakey, l’un des co-fondateurs de Mindsay. Comment intégrer votre technologie d’assistance conversationnelle dans les outils des clients? Dans quels segments ou secteurs d’activité le marketing conversationnel prend-il ses marques? Quelles sont vos priorités de développement avec cette nouvelle levée de fonds? Quels sont les piliers du modèle économique érigé? Où situez-vous la prochaine révolution dans l’IA? Comment exploitez-vous le volume de données collectée (respect de la vie privée)? Quelle concurrence?
Un tableau synthétique permet de fournir les principaux indicateurs de la société (date de création, financement, effectif, clients…).

Acheter cet article au format pdf

10,00 HT

Ajouter au panier

Abonnement pour lire tous nos articles pendant un an

250,00 HT

voir les détails

Vous pouvez lire aussi

Christian Kleinerman, vice-président Produits chez Snowflake

No limit pour Snowflake qui accentue ses capacités de performance et sécurité

Devenue la coqueluche du marché informatique, Snowflake continue d’innover et d’améliorer sans cesse sa plateforme, encouragée par sa valorisation à plus de 4 milliards de dollars.