samedi , 28 mai 2022

Dans la famille AWS/Amazon, je voudrais le Low Code/No Code. Lequel?…

Fin 2021, AWS annonçait de nouveaux services No Code/Low Code à venir. Sébastien Stormacq, Principal Developer Advocate chez AWS, apporte son avis éclairé.
Sébastien Stormacq, Principal Developer Advocate chez Amazon Web Services (AWS)
Sébastien Stormacq, Principal Developer Advocate chez Amazon Web Services (AWS)

La création d’applications cloud/mobiles ou l’utilisation d’algorithmes de Machine Learning sont-elles des tâches accessibles à tout un chacun? Non, bien entendu! Cependant, en simplifiant les interfaces et les environnements de conception, Amazon Web Services souhaite visiblement simplifier l’accès à ces technologies pour un plus vaste public.
Outre le problème de dénomination, où l’hyperscaler fait précéder les noms de ces produits d’Amazon ou d’AWS selon le sens du vent, comment s’y retrouver parmi ces environnements de plus en plus nombreux? Amazon Honeycode pour le no code, AWS Amplify Studio pour le low code, de nouveaux services Amazon Sagemaker pour le Machine Learning pour les moins initiés et les “professionnels débutants”.
Quelle est la stratégie d’Amazon avec tous ces environnements ciblant des utilisateurs différents? Comment sont positionnés ces services et qu’apportent-ils aux développeurs ou aux utilisateurs? Comment comprendre les dernières annonces de décembre 2021 au sein de ces gammes variées?
Autant de questions que Place de l’IT a posé à Sébastien Stormacq, Principal Developer Advocate chez AWS.
Une interview éclairante et très illustrée.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Thierry Lottin, directeur général pour la France et l’Afrique du Nord et de l’Ouest chez Veeam

+85% de budget Protection des données pour les entreprises françaises. Cela suffira-t-il?

Cyberattaques, ransomwares… Une étude Vason Bourne/Veeam peint le tableau noir de la protection des données, comme nous le Veeam avec Thierry Lottin, son DG.