samedi , 28 mai 2022

Appian réaffirme son engagement DevOps, améliore ses Records et les sécurise.

Afin de simplifier le développement et améliorer les applications, Appian enrichit sa Data Fabric, peaufine la sécurité des données et lance #lowcode4all.
Adam Glaser, directeur de l’ingénierie chez Appian
Adam Glaser, directeur de l’ingénierie chez Appian

Proposer des fonctions de Business Process de workflow et d’automatisation ne saurait suffire à l’heure de l’approche Data Driven (pilotage de l’entreprise par les données).
Pour favoriser cette évolution majeure (les données au centre de l’informatique plutôt que les applications), Appian annonce de multiples évolutions sur sa gestion des données à travers ses Records, couche d’abstraction des données multisources permettant de casser les silos de données et de travailler avec des informations complètes (à 360 degrés) immédiatement disponibles. D’autant plus efficaces que cette technologie travaille en mémoire (In-Memory) et avec des traitements en parallèle pour des performances optimales.
Même s’il planifie le déploiement d’une version mineure (Appian 22.2) pour fin mai, l’éditeur annonce plusieurs évolutions majeures sur la synchronisation des données et leur sécurisation. Il annonce aussi des améliorations pour Intelligent Document Processing (IDP), sa solution cloud native dédiée au traitement automatisé de document. Sans oublier son initiative #lowcode4all pour former gratuitement 1000 étudiants à sa plateforme sur plusieurs mois.

L’article revient sur ces annonces avec des illustrations et schémas à l’appui.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Thierry Lottin, directeur général pour la France et l’Afrique du Nord et de l’Ouest chez Veeam

+85% de budget Protection des données pour les entreprises françaises. Cela suffira-t-il?

Cyberattaques, ransomwares… Une étude Vason Bourne/Veeam peint le tableau noir de la protection des données, comme nous le Veeam avec Thierry Lottin, son DG.