mercredi , 4 août 2021

Comment Blue Prism est-elle passée de pionnière du RPA à double-licorne?

Alastair Bathgate et David Moss ont créé Blue Prism, ouvert le marché RPA et séduit des investisseurs. Portrait d’une licorne à 2 milliards de dollars qui fête ses 20 ans.
Les cofondateurs de Blue Prism: Alastair Bathgate et David Moss
Les cofondateurs de Blue Prism: Alastair Bathgate et David Moss

Télétravail, cloud, transformation numérique accélérée… l’automatisation de tâches répétitives s’impose plus que jamais. D’autant plus qu’elle rime aussi avec retour rapide sur investissement, source de productivité et réduction des erreurs. Cerise sur le gâteau, les technologies de RPA (Robotic Process Automation) ne sont pas intrusives puisqu’elles se contentent de reproduire ce que fait (ou devrait faire) un utilisateur.
Autant de caractéristiques qui expliquent le succès croissant des trois leaders du marché de la RPA, UiPath (notre article), Automation Anywhere (notre article) et  et Blue Prism.
Bien que sa valorisation semble sous-évaluée si on la compare à celle de ses concurrents (peut-être un siège aux Etat-Unis est-il plus porteur de valeur?…), Blue Prism est cependant le pionnier de la discipline et il poursuit son expansion mondiale et renforce sa présence.
Ce dernier a annoncé un chiffre d’affaires de plus de 141 millions de livres sterling pour l’exercice 2020, contre un peu moins de 96,8 millions en 2019 (une fois les 101 millions annoncés corrigés).
Place de l’IT revient en détail sur l’historique de cette pépite aujourd’hui valorisée aux alentours de 2 milliards de dollars. L’article récapitule dans un tableau les principaux faits et chiffres de la société.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Les cofondateurs de Celonis : Bastian Nominacher (co-CEO), Martin Klenk (CTO) et Alexander Rinke (co-CEO)

Révolution: La décacorne Celonis risque fort de décoiffer l’informatique d’entreprise

Comment cet éditeur allemand a-t-il déjà levé près de 1,4 milliard de dollars? Rencontre avec Fadi Naffah, directeur général France, Moyen-Orient et Afrique chez Celonis.