samedi , 25 janvier 2020
Home / Interviews IT / Cyberdéfense: Airbus et Thales convergent sur la détection des menaces

Cyberdéfense: Airbus et Thales convergent sur la détection des menaces

Airbus CyberSecurity et Thales signent une alliance pour protéger les opérateurs d’importance vitale (OIV). Le point avec Frédéric Julhes, directeur France chez Airbus CyberSecurity.
Cybermenaces: alliance Airbus CyberSecurit et Thales
Frédéric Julhes, directeur France d’Airbus CyberSecurity

Une première pour ces deux groupes technologiques traditionnellement concurrents: Airbus CyberSecurity et Thales s’associent pour accompagner les opérateurs d’importance vitale (OIV) dans la lutte contre les cyberattaques.
L’alliance porte sur la sonde de détection d’attaques Cybels Sensor de Thales (récemment qualifiée par l’Anssi) et la solution Orion Malware d’Airbus CyberSecurity.
Ce partenariat technologique et commercial a été officialisé dans le cadre des Assises de la Sécurité de Monaco (9-12 octobre 2019).
A cette occasion, Place de l’IT a rencontré Frédéric Julhes, directeur France d’Airbus CyberSecurity.
Comment Airbus a-t-il pris position dans le cyber d’une manière plus large?  Comment expliquer cet accord avec Thales? Pourquoi cette convergence de vue dans la détection des menaces cyber? A quel degré d’efficacité technologique parvenez-vous avec cette synergie? Comment se passe la commercialisation de la nouvelle version d’Orion, “augmentée par Thales”? Au-delà d’Orion, envisagez-vous d’autres pistes de collaboration avec Thales?
Un encadré permet de préciser l’historique de la consolidation des forces dAirbus CyberSecurity sur 8 ans.

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

Vous pouvez lire aussi

Guillaume Vassault-Houlière et Manuel Dorne, cofondateurs de YesWeHack

YesWeHack: Et si vous renforciez votre cybersécurité en continu grâce au Bug Bounty?

Après avoir levé 4 millions d’euros en 2019, le spécialiste français du Bug Bounty joue l’expansion en Europe et en Asie. YesWeHack? Une pépite toujours plus prometteuse.