vendredi , 23 août 2019
Home / News IT / Centreon: l’open source et la supervision font décidément bon ménage

Centreon: l’open source et la supervision font décidément bon ménage

Née d’un projet d’étudiants Epitech, Centreon est devenue une entreprise rentable de supervision informatique, qui s’attaque au marché nord-américain.
Julien Mathis et Romain Le Merlus, cofondateurs de Centreon
Julien Mathis et Romain Le Merlus, cofondateurs de Centreon

Comment est né Centreon, l’outil de supervision informatique open source ? En 2003, deux étudiants d’Epitech, Julien Mathis et Romain Le Merlus prennent en main le logiciel de supervision open source Nagios. La solution jouit déjà d’une belle réputation auprès des administrateurs de systèmes informatiques.
Toutefois, estimant que la gestion et l’utilisation de l’outil restent peu conviviales, ils décident de développer une interface, qu’ils baptisent Oreon, pour simplifier l’accès à Nagios. La communauté open source autour d’Oreon connaît rapidement un succès croissant.
En 2005, Romain Le Merlus (PDG) et Julien Mathis (CEO) créent la société Merethis pour assurer le support d’Oreon, et proposer des plug-ins payants et des prestations (intégration, formation, etc.).
En 2006, Oreon devient Centreon pour des raisons juridiques internationales. En janvier 2015, Merethis est elle aussi rebaptisée Centreon. Place de l’IT a rencontré Julien Mathis, cofondateur  et PDG Europe chez Centreon, pour comprendre comment la société a gagner la confiance de ses clients jusqu’à devenir rentable avec 80 employés. Pour découvrir aussi ses ambitions après la récente ouverture d’une filiale à Toronto.

Acheter cet article au format pdf

10,00 HT

Ajouter au panier

Abonnement pour lire tous nos articles pendant un an

250,00 HT

voir les détails

Vous pouvez lire aussi

Ofer Bengal et Yiftach Shoolman, cofondateur de Redis Labs

Redis Labs: pourquoi le futur des bases de données est-il dans le In-Memory multi-modèle?

Après plus de 146 millions levés, Redis Labs poursuit sa croissance tout en bousculant les modèles de licence open source pour se protéger.