lundi , 25 mai 2020
Home / Interviews IT / Simon Dawlat, Batch: la renaissance à marche forcée après un pivot

Simon Dawlat, Batch: la renaissance à marche forcée après un pivot

Surnommé «Pivot Man» suite à la bascule entre AppGratis et Batch, Simon Dawlat a ré-initialisé son projet start-up. Un cap éprouvant mais encourageant au final.
Interview Simon Dawlat - Batch: la renaissance à marche forcée après un pivot
Interview Simon Dawalt, CEO de Batch

Fondateur d’AppGratis, Simon Dawlat explique comment il a monté un pivot profond avec Batch pour sortir d’une impasse de positionnement.
D’abord ancrée dans la promotion d’applications tierces disponibles sur l’App Store d’Apple (période 2008-2013), la start-up doit revoir sa copie en raison d’une décision unilatérale de la part de la firme de Cupertino qui lui coupe les ailes.
Dans le cadre d’un entretien accordé à Place de l’IT, Simon Dawlat revient sur cette phase de transition qui l’a poussé à avancer ses pions sur le marché de la notification push (période 2013-2016). Et ce, en s’appuyant sur le même investisseur (Iris Capital) qui avait investi 10 millions dans la première société.
Comment les activités de Batch évoluent-elles? Combien de clients revendiquez-vous? Pour quel degré d’internationalisation? Comment transformer le service AppGratis en projet Batch dans l’optique de lancer un nouveau service? Comment avez-vous préservé des liens de confiance avec votre actionnaire Iris Capital? Avez-vous besoin d’un nouveau tour de financement pour Batch?
Parallèlement, Simon Dawlat a des activités de business angel et suit un bouquet de start-up. Cela peut aboutir à des bonnes opérations comme Wit.ai cédée en 2015 à Facebook. Simon Dawlat aborde également son nouveau coup de cœur dans l’IA. Une start-up dans laquelle on retrouve des pointures du domaine .

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Fabrice Coquio, président d’Interxion France

Fabrice Coquio : «Nous entrons en phase 2 de déploiement des plates-formes des web-scalers»

Juste après sa fusion avec Digital Realty, Interxion annonce un datacenter surpuissant à 3 km de Paris. Pour répondre à quelles attentes et avec quels enjeux?