samedi , 25 janvier 2020
Home / News IT / Oui.sncf : Un an après, quel rôle fédérateur dans le transport multimodal

Oui.sncf : Un an après, quel rôle fédérateur dans le transport multimodal

Afin d'étendre les offres de mobilité, le rapprochement BlaBlaCar-SNCF sera précieux pour Oui.SNCF, et l'objectif affiché trains+bus+voitures.
Alexandre Viros, directeur général de OUI.sncf, et Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF
Alexandre Viros, directeur général de OUI.sncf, et Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF

Un an après la transformation de Voyages-sncf.com en Oui.SNCF, quels sont les prochains défis? L’un des principaux objectifs de Oui.SNCF est d’étendre son offre de propositions de solutions de mobilité au-delà de la vente de billets pour le train. Le récent accord de rapprochement entre BlaBlaCar et le groupe SNCF entre dans cette nouvelle dimension. Lors d’une conférence de presse, Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF (OuiGo, TGV InOUI, et Oui.SNCF), et Alexandre Viros, directeur général de Oui.SNCF, ont précisé les pistes explorées pour élargir les perspectives de transport multimodal.
VTC, voyages en autocar… OUI.sncf cherche les meilleurs leviers pour développer les voyages de «porte à porte» et plus seulement «de gares à gares». Des combinaisons de trajets trains+bus+voitures vont progressivement arriver sur le portail transactionnel qui demeure un des principaux fers de lance dans le commerce digital en France. Les perspectives pour intégrer les nouvelles mobilités et lutter contre l’autosolisme en fonction des déplacements (domicile-travail ou longue distance) ne manquent pas. Pour cela, le groupe SNCF peut compter sur son offre TGV mais aussi sur une poignée de start-up affiliées comme OuiCar (location de voitures entre particuliers).

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

Vous pouvez lire aussi

Guillaume Vassault-Houlière et Manuel Dorne, cofondateurs de YesWeHack

YesWeHack: Et si vous renforciez votre cybersécurité en continu grâce au Bug Bounty?

Après avoir levé 4 millions d’euros en 2019, le spécialiste français du Bug Bounty joue l’expansion en Europe et en Asie. YesWeHack? Une pépite toujours plus prometteuse.