lundi , 23 mai 2022

L’IA de Datakalab analyse des flux vidéo: de Mentalist à Person of Interest?

Comment analyser des flux vidéo en temps réel en respectant la vie privée. Réponses avec Xavier Fischer, CEO et cofondateur de Datakalab. Pépite à suivre!

 

Xavier Fischer, CEO et cofondateur de Datakalab
Xavier Fischer, CEO et cofondateur de Datakalab

Datakalab, la start-up française spécialiste de l’intelligence artificielle, de l’analyse d’image et de flux vidéo, fait de plus en plus parler d’elle. Créée par des passionnés des technologies, de la publicité et du marketing, elle a développé des technologies et des algorithmes basés sur l’intelligence artificielle pour des traitements d’analyse d’images et de flux vidéo, en intégrant le respect du RGPD (Règlement général sur la protection des données).
Initialement utilisée pour la détection des émotions sur les visages au service des entreprises de publicité (“neuro-marketing”), la pépite française a généralisé sa technologie vers l’analyse d’image en mode Edge Computing afin d’extraire des informations de vidéos en temps réel (par exemple, depuis les caméras vers le cloud ou des serveurs, sans transmettre aucune image).
Connue du grand public à la suite de ses opérations de reconnaissance des personnes portant le masque (Bercy, RATP, Cannes…), Datakalab a aussi séduit de nombreux clients dans divers secteurs dont l’APHP, le ministère de la Culture, TF1, LVMH, Eram, la SNCF, Mr Bricolage, Vente Privée (devenue Veepee en janvier 2019), Monoprix…
Place de l’IT a rencontré Xavier Fischer, dirigeant et cofondateur de Datakalab, afin d’en savoir plus sur l’histoire de cette jeune startup pleine de promesses, et sur ses technologies.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Les deux cofondateurs : Amir Jerbi (CTO) et Dror Davidoff (CEO)

Aqua Security: un CNAPP automatisé pour sécuriser les applications cloud native. Sinon Aqua bon?

La startup israélienne joue désormais dans la cour des grands, avec sa plateforme enrichie pour protéger le cycle de vie des applications Cloud Native.