mercredi , 4 août 2021

La visioconférence britannique StarLeaf revendique sa spécificité européenne.

A l’heure du Cloud Act, StarLeaf mise sur ses propres datacenters et sa pile logicielle maison pour offrir une solution 100% européenne. Savoureux… mais pertinent.
Les cofondateurs de StarLeaf : Mark Richer, Mark Loney et William MacDonald.
Les cofondateurs de StarLeaf : Mark Richer, Mark Loney et William MacDonald.

Cofondée par des experts britanniques des réseaux (cofondateurs de Madge Networks, Calista et Codian), StarLeaf propose des solutions de visioconférence pour PC, mobile et salle de réunion.
Lors de la création de StarLeaf en 2008, Mark Loney, Mark Richer et William MacDonald ont fait des choix radicaux: solution accessible et gérée via le cloud dans leurs propres datacenters, sur des logiciels maison et des infrastructures conçues et maintenues par leurs propres techniciens.
Une façon de s’assurer de bonnes performances avec une visibilité de bout en bout, y compris en termes de sécurité. StarLeaf dispose donc de ses propres datacenters et revendique sa différence, puisqu’elle ne dépend pas d’une technologie américaine (AWS, Azure ou Google…) et n’est donc pas soumise à l’extraterritorialité mise en avant par la loi américaine.
Ses datacenters proches de Paris (entre autres) ont d’ailleurs séduit la direction interministérielle du numérique (DiNum). La solution a également été adoptée par le CHU de Montpellier, le département de Seine-et-Marne, le groupe Cahors, ou encore, la fédération française de football.
Pour en savoir plus sur cette société britannique qui met en avant sa spécificité européenne, Place de l’IT a profité de sa présence sur l’événement Ready for IT à Monaco pour rencontrer Mathis Klein, ingénieur avant-vente France et Europe du Sud chez StarLeaf.
L’article revient sur l’histoire de StarLeaf et de ses illustres fondateurs. Et un tableau récapitule les principaux faits et chiffres sur l’entreprise.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Les cofondateurs de Celonis : Bastian Nominacher (co-CEO), Martin Klenk (CTO) et Alexander Rinke (co-CEO)

Révolution: La décacorne Celonis risque fort de décoiffer l’informatique d’entreprise

Comment cet éditeur allemand a-t-il déjà levé près de 1,4 milliard de dollars? Rencontre avec Fadi Naffah, directeur général France, Moyen-Orient et Afrique chez Celonis.