mardi , 11 mai 2021
Home / Interviews IT / Nicolas Brien – France Digitale: «Il manque des fonds pour lever au-delà de 20 millions d’euros»

Nicolas Brien – France Digitale: «Il manque des fonds pour lever au-delà de 20 millions d’euros»

C'est la rentrée de France Digitale: le directeur général aborde les priorités et les failles dans la chaîne de financement des start-up.
Nicolas Brien, DG France Digitale, prépare le FDDay 19
Nicolas Brien, DG France Digitale

Alors que la convention FDDay 2019 arrive à grand pas (18 septembre, Paris), France Digitale organise sa rentrée sur plusieurs thèmes.
Place de l’It a interviewé Nicolas Brien, le directeur général de l’organisation qui rapproche les start-up des investisseurs.
La question du suivi du secteur du numérique par la prochaine Commission européenne est brûlante. D’un point de vue écosystème, à quoi correspond l’initiative FD Impact et FD Talent? En juillet, vous avez annoncé un réseau d’acteurs dans le segment LegalTech. En quoi consiste-t-il? Sur le financement des start-up, quel bilan dressez-vous sur le premier semestre 2019? Pourquoi la Bourse attire-t-elle si peu de start-up (en reprenant l’exemple d’un récent focus sur Arcure)? Qu’attendre du futur indice Next40 poussé par Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du numérique? France Digitale a-t-elle des contacts directs avec Euronext? La situation est-elle satisfaisante en termes «d’exit» en France?
Un encadré et une illustration permettent de faire le point sur le Baromètre EY du capital-risque en France du 1er semestre 2019. Dans l’attente d’annonces du gouvernement pour faciliter «des tickets supérieurs à 100 millions d’euros»…

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Les cofondateurs d’Happydemics: Tarek Ouagguini et Nicolas Trabuc

Happydemics fait entrer les études marketing dans l’ère digitale

En automatisant les études via les pubs des smartphones, Happydemics séduit clients et investisseurs. Entretien avec Tarek Ouagguini, son cofondateur et CEO.