lundi , 4 juillet 2022

FoodTech: pourquoi la start-up Bim a connu une fin brutale

Enquête Place de l’IT: Bim, qui exploitait une application de réservation de tables de restaurants, est tombée en liquidation judiciaire. Victime d’un rendez-vous manqué avec un acquéreur, selon sa cofondatrice.
Bim : la fin de l'application mobile de réservations de tables de restaurants
Bim : la fin de l’application mobile de réservations de tables de restaurants

Enquête Place de l’IT: Dans le segment FoodTech, la start-up parisienne Bim est tombée en liquidation judiciaire dans le courant du printemps. Elle exploitait une application mobile de réservation de tables de restaurants haut de gamme. Son déploiement avait commencé en version bêta dès janvier 2015. Encore récemment, Bim s’inscrivait dans une logique de financement par une nouvelle levée de fonds. Comment expliquer cette chute brutale alors que la start-up, cofondée par Anne-Christelle Pérochon et Thomas Lin, semblait sur une trajectoire de développement à l’international. Place de l’IT a obtenu des éclaircissements de la part d’Anne-Christelle Pérochon à propos de la détérioration de la situation de la jeune pousse parisienne qui proposait des bons plans « “restos” dans de grandes villes comme Paris ou Bordeaux. L’enquête permet d’éclairer l’engrenage dans lequel Bim a été aspirée sans possibilité de rebond immédiat. Elle permet aussi de retracer le chemin parcouru par la start-up avec ses partenaires (Facebook, Uber…) et ses investisseurs. Bim était soutenue par un parterre dense de 39 business angels (avec une série de noms connus dans la sphère du Web) qui lui a permis de lever 3,5 millions d’euros dans la période 2016-2017. On peut citer Pierre-Kosciusko Morizet (ex-PriceMinister), Nicolas Bordas (TBWA), Jacques-Antoine Granjon et Michael Benabou (deux co-fondateurs de Vente-Privee.com) ou Frédéric Mazzella (BlaBlaCar).

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Stéphanie Achard, directrice des comptes stratégiques chez Oracle France, François Bodin, directeur Cloud France chez Oracle et Régis Louis, vice-président Cloud Strategy EMEA chez Oracle

Oracle lance une région Cloud parisienne et deux solutions @customer.

Deuxième région cloud française pour Oracle, et deux nouvelles offres de cloud computing distribué. Le géant secoue le cloud! Assez fort?