jeudi , 24 juin 2021

FAIRplay, Facebook met en open source la librairie VISSL à la base de son modèle IA SEER.

Apprentissage auto-supervisé: Facebook SEER dope la vision par ordinateur. Entretien avec Mathilde Caron, doctorante Inria/Facebook chez FAIR.
Mathilde Caron, doctorante à l’Inria et chez FAIR (Facebook AI Research)
Mathilde Caron, doctorante à l’Inria et chez FAIR (Facebook AI Research)

Les équipes parisienne et new-yorkaise des laboratoires en intelligence artificielle de FAIR (Facebook AI Research) viennent de dévoiler des avancées en matière d’intelligence artificielle concernant la vision par ordinateur, plus précisément dans la reconnaissance automatique d’images.
A cette occasion, le nouveau modèle de vision par ordinateur auto-supervisé SEER (SElf-supERvised) a été présenté. Il peut manipuler plusieurs milliards de paramètres. Cerise sur le gâteau, il peut apprendre seul à partir d’un ensemble d’images aléatoire sur Internet, sans étiquetage préalable.
FAIR en profite pour partager en open source sa bibliothèque de données VISSL (VIsion library for state-of-the-art Self-Supervised Learning) utilisée par SEER et toute la documentation nécessaire. Facebook offre ainsi la possibilité aux autres chercheurs d’effectuer du pré-entrainement à grande échelle pour des modèles de vision sur images non étiquetées. Et surtout très rapidement.
Place de l’IT a rencontré Mathilde Caron, doctorante de troisième année à l’Inria Grenoble, qui travaille chez Facebook via une Convention industrielle de formation par la recherche (Cifre). Sa spécialité: l’apprentissage de la représentation non supervisée pour la reconnaissance d’images.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Interview Stéphane Roder (AI Builders)

Stéphane Roder-AI Builders: «Le cadre IA de la Commission européenne est à l’opposé de ce qui se fait en France.»

Fondateur du cabinet de conseil AI Builders, cet expert data s’offusque de l’approche «puérile» du règlement IA poussé par la Commission européenne.