lundi , 21 septembre 2020
Home / News IT / EDGE-IOT – Avec StarlingX, OpenStack passe la quatrième plein pot et en toute sécurité.

EDGE-IOT – Avec StarlingX, OpenStack passe la quatrième plein pot et en toute sécurité.

Intégration évoluée avec Kata Containers, support de Time Sensitive Networks et de Redfish, Active Directory… StarlingX 4.0 serait-elle la star montante des plateformes Edge/IOT?
Ildiko Vancsa, Ecosystem Technical Lead chez OpenStack
Ildiko Vancsa, Ecosystem Technical Lead chez OpenStack

Arrivée de la 5G, véhicule autonome, ville intelligente, applications industrielles… Une plateforme de cloud computing open source centralisée peut-elle suffire pour assurer la qualité de service et la latence nécessaires à ces applications?
Pour la fondation OpenStack, une plateforme spécifique de Egde Computing (périphérie de réseau) répondant à ces attentes et à même de se coordonner avec OpenStack s’impose. Une stratégie qui incarne aussi la volonté d’infrastructure ouverte (open infrastructure) pour OpenStack.
Lancé en mai 2018 par la fondation OpenStack (OSF), la plateforme open source StarlingX est dédiée au Edge Computing et à l’IOT (internet des objets), et plus généralement aux applications nécessitant faible latence et haute disponibilité.
La version 4.0 de StarlingX apporte plus de sécurité et de disponibilité, une faible latence optimisée et une exécution plus efficace des containers. Autant d’éléments qui devraient attirer l’attention des entreprises pour leurs projets Edge et/ou IOT.
L’article revient, en détail sur Kata Containers et sur Time Sensitive Networks pour expliquer comment la solution gagne en performance d’exécution et assure une faible latence, même sur réseaux Ethernet.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Ragy Thomas, fondateur et CEO de Sprinklr

Sprinklr, la gestion de l’expérience client à près de trois milliards de dollars. Sérieux?

En une dizaine d’années, la startup new-yorkaise Sprinklr a déjà levé 578 millions de dollars. Face à Adobe, Oracle ou Salesforce, rien ne lui fait peur.