jeudi , 24 juin 2021

Infor accélère à 112% sur le cloud et rédige 6 engagements majeurs sur le cloud.

Dopée par ses bons résultats cloud, Infor rédige une charte: disponibilité, sécurité, réversibilité... Entretien global avec Jean Lucien Meunier, directeur commercial chez Infor.
Jean Lucien Meunier, directeur commercial chez Infor France
Jean Lucien Meunier, directeur commercial chez Infor France

À l’occasion de son grand événement annuel Inforum (virtuel), Infor a annoncé une Charte à l’attention des clients de son cloud multitenant (soulignant l’aspect multitenant de son infrastructure – sous AWS). À travers ce document, l’éditeur s’engage sur les normes et les politiques d’infrastructure, les niveaux de services, la transparence de leur disponibilité, la réversibilité…
Place de l’IT s’est entretenue avec Jean Lucien Meunier, directeur commercial chez Infor France, afin de détailler cette annonce. L’occasion également de faire le point sur l’activité d’Infor dans l’Hexagone alors que la digitalisation des entreprises semble s’accélérer.
Rappelons qu’après avoir investi 2 milliards de dollars dans la société en 2017, puis participé à la levée de 1,5 milliard de dollars en janvier 2019, Koch Equity Development (branche d’investissement du conglomérat industriel Koch Industries) a finalement racheté la société en février dernier (valorisant la société aux alentours de 13 milliards de dollars). Un aspect que nous évoquons évidemment avec Jean-Lucien Meunier.
Sans oublier les futurs défis d’Infor France, la concurrence, et les nouvelle signatures récente avec divers clients, voire très récentes.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Interview Stéphane Roder (AI Builders)

Stéphane Roder-AI Builders: «Le cadre IA de la Commission européenne est à l’opposé de ce qui se fait en France.»

Fondateur du cabinet de conseil AI Builders, cet expert data s’offusque de l’approche «puérile» du règlement IA poussé par la Commission européenne.