jeudi , 24 juin 2021

GTT mise sur le SD-Wan, et affiche d’excellents résultats sur 2020

Après avoir cédé son infrastructure à un fonds de Miami en octobre, GTT s’est recentrée sur son réseau IP et ses services. Entretien avec Bruno Boucq, son responsable Europe du Sud.
Bruno Boucq, responsable Europe du Sud chez GTT Communications
Bruno Boucq, responsable Europe du Sud chez GTT Communications

Le premier juin 2020, Rick Calder quittait son poste de CEO chez GTT Communications, auquel il avait été nommé en 2007. Et le 6 juillet 2020, l’opérateur annonçait son remplacement Ernie Ortega (jusqu’alors Chief Revenue Officer) en tant que CEO intérimaire.
En octobre 2020, GTT revendait son réseau de fibre optique mondial (paneuropéens, nord-américains, sous-marins et transatlantiques) et ses datacenters (voir notre article) au fonds américain de Miami I Squared Capital pour 2,15 milliards de dollars. «L’accord permet à GTT de renforcer son modèle commercial en diminuant son Capex (dépenses d’investissement) et de se concentrer sur son offre en réseau cloud,» soulignait alors Ernie Ortega. L’opérateur continue à exploiter l’un des plus grands réseaux Internet mondiaux de niveau 1 (Tier 1) avec 600 points de présence dans 140 pays, sur lequel il propose des services à valeur ajoutée (connectivité à haute vitesse et à faible latence, SD-Wan, Cloud Connect, sécurité, services infogérés…).
Désormais sur son site Internet on peut lire “GTT connecte les équipes, à chaque application dans le Cloud, dans le monde entier – à travers les organisations.” Pour en savoir plus, Place de l’IT a rencontré Bruno Boucq, responsable Europe du Sud chez GTT Communications.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Interview Stéphane Roder (AI Builders)

Stéphane Roder-AI Builders: «Le cadre IA de la Commission européenne est à l’opposé de ce qui se fait en France.»

Fondateur du cabinet de conseil AI Builders, cet expert data s’offusque de l’approche «puérile» du règlement IA poussé par la Commission européenne.