jeudi , 5 décembre 2019
Home / News IT / France Digitale: accentuer les gros tickets pour les start-up et favoriser les IPO

France Digitale: accentuer les gros tickets pour les start-up et favoriser les IPO

Jean-David Chamboredon, vice-président de France Digitale, décortique les mécanismes mis en place par l’Elysée pour financer les grandes levées de fonds de la French Tech.
France Digitale: accentuer les gros tickets pour les start-up et favoriser les IPO
Jean-David Chamboredon, Vice-Président France Digitale

Dans le cadre de la France Digitale Day, Jean-David Chamboredon, vice-président de l’organisation éponyme qui fédère les start-up et les investisseurs et expert en financement des jeunes pousses à travers le fonds Isai, commente les annonces réalisées par le Président de la République Emmanuel Macron à propos du financement des start-up pour doper l’écosystème.
L’objectif vise à favoriser les levées de fonds d’un montant important (plusieurs dizaines de millions d’euros en late stage) et d’inciter les pépites Tech à se tourner davantage vers la Bourse.

Place de l’IT propose une synthèse de la folle semaine de la French Tech pour dynamiser les canaux de financements. Un mouvement qui mobilise les institutionnels français, la CDC, Bpifrance mais aussi Euronext.
Les annonces se sont agglutinées autour de la France Digitale Day qui sert de grande convention pour l’écosystème des start-up.
Dans cet entretien qui suit cette analyse, Jean-David Chamboredon explique comment Emmanuel Macron et le gouvernement représenté par Cédric O (secrétaire d’Etat au Numérique) comptent doper les gros tickets pour financer les pépites Tech en cherchant à constituer un écosystème dédié financier depuis Paris mais de portée européenne.
Comment l’Elysée veut-il davantage orienter les institutionnels français vers le financement des start-up? Dans quelle mesure les investisseurs étrangers participent-ils à ce plan? Quel rôle pour Euronext? Comment augmenter le nombre de licornes françaises pour passer de 6 à 25 à l’horizon 2025?
Le vice-président de France Digitale commente aussi le mauvais signal donné outre-Atlantique avec la défaillance de WeWork dans son processus d’introduction en Bourse.

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

Vous pouvez lire aussi

Thomas Kurian, CEO de Google

Google met les bouchées triple sur la sécurité, en toute transparence

Peur pour vos données sur le cloud? Google vous laisse gérer vos propres clés de chiffrement hors de son infrastructure, et prend 6 engagements sur la confidentialité.