dimanche , 29 mai 2022

Minio, nouvelle licorne du stockage objet, futur standard pour le stockage primaire?

Minio vient de lever 103 millions et prône le stockage primaire objet pour Kubernetes, le cloud et plus. Rencontre avec Anand Babu Periasamy, cofondateur et CEO.
Anand Babu Periasamy, cofondateur et CEO chez MinIO
Anand Babu Periasamy, cofondateur et CEO chez MinIO

La startup spécialiste du stockage objet open source MinIO vient de lever 103 millions de dollars auprès des fonds Intel Capital, SoftBank Vision Fund 2, Dell Technologies Capital, General Catalyst et Nexus Venture Partners).
La société profite de cet événement pour préciser qu’elle est rentable.
Son financement total atteint 126 millions de dollars et sa valorisation dépasse le milliard de dollars faisant d’elle une nouvelle licorne.
Outre l’accélération du développement pour enrichir sa solution en mode multicloud, cet apport de capital sera utilisé pour éduquer et former le marché au stockage objet primaire. En quelques années, la pépite est devenue l’un des leaders (le leader?) du stockage objet compatible S3 en multicloud, sur site ou en Edge.
L’éditeur annonce que sa solution affiche plus de 1,2 million de déploiements actifs sur le cloud public, le cloud privé, et en environnement Edge. Et pas uniquement pour du Kubernetes. En 2021, la société a multiplié par deux ses revenus récurrents, et enregistré une croissance de plus de 208%.
A l’occasion d’un “IT Press Tour” fin janvier à San Francisco, Place de l’IT a rencontré Anand Babu Periasamy, cofondateur et CEO de Minio, qui a expliqué sa stratégie, sa vision technologique et plus encore.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Thierry Lottin, directeur général pour la France et l’Afrique du Nord et de l’Ouest chez Veeam

+85% de budget Protection des données pour les entreprises françaises. Cela suffira-t-il?

Cyberattaques, ransomwares… Une étude Vason Bourne/Veeam peint le tableau noir de la protection des données, comme nous le Veeam avec Thierry Lottin, son DG.