vendredi , 19 juillet 2019
Home / News IT / Technologies françaises et investissement étrangers: l’Etat veille au grain

Technologies françaises et investissement étrangers: l’Etat veille au grain

Le gouvernement élargit son contrôle sur de nombreux domaines technologiques «made in France» en cas d’investissements étrangers: cybersécurité, intelligence artificielle, robotique…
Ministere de l'Economie et des Finances: comment contrôler les investissements de technologies sensibles françaises par des entreprises à l'étranger.
Ministère de l’Economie et des Finances: Comment contrôler les investissements de technologies sensibles françaises par des entreprises à l’étranger.

A travers un décret appliqué depuis le début de l’année, le gouvernement a élargi son pouvoir de contrôle à une série de domaines technologiques «made in France» en cas d’investissements étrangers: cybersécurité, intelligence artificielle, robotique
Comment ces nouvelles dispositions de «contrôle des investissements étrangers» s’inscrivent dans la loi ? Quel est le périmètre des domaines élargis concernés? Comment cette mesure que l’on pourrait qualifier de souveraineté numérique s’inscrit dans le cadre européen et dans celui de l’examen du projet de loi PACTE poussé par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances?
Cette vigilance accrue sur le contrôle des investissements étrangers s’inscrit dans une tendance plus large qui concerne l’Union européenne, mais aussi les Etats-Unis, sur fonds de volume accru d’opérations de fusions-acquisitions sur le premier semestre 2018.

Acheter cet article au format pdf

10,00 HT

Ajouter au panier

Abonnement pour lire tous nos articles pendant un an

250,00 HT

voir les détails

Vous pouvez lire aussi

Christian Kleinerman, vice-président Produits chez Snowflake

No limit pour Snowflake qui accentue ses capacités de performance et sécurité

Devenue la coqueluche du marché informatique, Snowflake continue d’innover et d’améliorer sans cesse sa plateforme, encouragée par sa valorisation à plus de 4 milliards de dollars.