mardi , 5 juillet 2022

Silicon Valley: StrongBox muscle la gestion et la protection des données avec StrongLink

La solution StrongLink de l'éditeur texan StrongBox Data Solutions s'appuie sur les métadonnées pour orchestrer et sécuriser le stockage.
Davis Cerf, CEO de StrongBox Data Solutions
Davis Cerf, CEO de StrongBox Data Solutions

Tournée spécial Silicon Valley juillet 2017 (épisode 3): Créé au Texas en 2016, StrongBox Data Solutions exploite des métadonnées pour orchestrer et sécuriser le stockage du système d’information. StrongBox LTFS NAS correspond à une solution d’archivage basée sur la technologie Linear Tape File System, qui permet d’utiliser le stockage sur bande “presque comme un disque dur”. «Nous nous concentrons plus sur la donnée que sur le stockage,» déclare le CEO David Cerf. L’éditeur exploite aussi la solution StrongLink, qui vient se placer entre les équipements de stockage et leurs clients (utilisateurs, services, applications…). Cette nouvelle passerelle intermédiaire est multiprotocoles côté clients (NFS, SMB/CIFS, sFTP, S3, HTTPs) et propose même une API ouverte. L’installation de StrongLink est réalisée selon trois architectures : “Star” pour un unique nœud, “Constellation” pour un cluster de 3 nœuds et plus, et “Galaxy” pour un hyper-cluster. Les Smart Pools ont vocation à simplifier la vision de l’utilisateur en rassemblant logiquement des informations stockées sur des supports de stockage différents. StrongBox Data Solutions favorise une approche Cognitive Data Management, qui consiste à définir un maximum de flux de traitements automatisés (workflow) : sauvegarde, archivage, protection des données, élasticité des ressources, etc.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Jean-Marc Gonon, président de Wisper

Wisper, le chuchotement français du poste de travail virtuel devrait rapidement résonner sur le marché

Sans bruit, le français Wisper et ses postes de travail virtuels accélèrent et s’internationalisent, comme le confirme Jean-Marc Gonon, son président.