jeudi , 7 juillet 2022

Rivery arrive en France forte de 30 millions de dollars de plus.

L’éditeur du SaaS ETL/DataOps accélère et compte doubler ses effectifs d’ici fin 2022. Focus sur son parcours depuis 2017 et sur ses technologies.
Thibaut Ceyrolle, membre du directoire et conseiller chez Rivery
Thibaut Ceyrolle, membre du directoire et conseiller chez Rivery

Avec toutes ces start-ups qui souhaitent nous faciliter la manipulation des données, on en sait plus où donner de la tête!
Néanmoins, il en est de temps à autre qui attirent plus l’attention, malgré leur discrétion. Par exemple, Rivery, qui vient de lever 30 millions de dollars auprès de Tiger global propose un SaaS ETl (intégralement managé) pour consolider, orchestrer et gérer l’intégration des données internes ou externes. Et qui ouvre justement un bureau en France.
Avec ses multiples partenariats (Snowflake, Microsoft Azure, AWS, Google Cloud, Looker, Tableau…) et plus de 200 connecteurs natifs, la solution a déjà séduit plus de 300 clients, dont une dizaine en France comme Webedia (AlloCiné, Jeuxvideo.com, Terrafemina, easyVoyage…) ou Balblacar.
Créée en 2017 à Tel-Aviv par Itamar Ben Hamo, Alon Reznik, Aviv Noy et Nimrod Madar, la startup propose sa solution depuis 2019. Elle suit une courbe qui devrait bientôt attirer les investisseurs de plus gros calibre. A elle de voir comment elle souhaite se positionner…
Pour en savoir plus sur cette pépite et sur ces technologies, Place de l’IT a rencontré Thibaut Ceyrolle (ex de Snowflake pour qui il a développé l’activité en France et sur 14 pays européens), membre du directoire et conseiller chez Rivery.
L’article revient sur les principales étapes de l’histoire de Rivery depuis sa création, et un tableau récapitule les faits et chiffres de la société.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Jean-Marc Gonon, président de Wisper

Wisper, le chuchotement français du poste de travail virtuel devrait rapidement résonner sur le marché

Sans bruit, le français Wisper et ses postes de travail virtuels accélèrent et s’internationalisent, comme le confirme Jean-Marc Gonon, son président.