samedi , 27 novembre 2021

Pourquoi HPE veut-elle sauver MapR, étoile déchue du Big Data?

Pourquoi HPE a-t-elle décidé de racheter MapR? Ce rachat en catastrophe sonne-t-il le glas des pionniers du Big Data soi-disant valorisés en milliards de dollars?
John Schroeder, cofondateur et CEO de MapR
John Schroeder, cofondateur et CEO de MapR

Hewlett-Packard Enterprise (HPE) vient d’annoncer le rachat de MapR, l’un des trois pionniers du Big Data, aux côtés d’Hortonworks et de Cloudera.
Depuis quelque temps, l’éditeur californien se définissait comme un «leader spécialiste de l’analytique et de l’intelligence artificielle».
HPE s’empresse de rassurer les clients de MapR en précisant qu’il accueille «les clients et les partenaires de MapR, et a déjà planifié de prendre en charge les déploiements existants et les renouvellements à venir.»
Dans cet article, Place de l’IT explique comment HPE a sauvé MapR au bord du précipice. L’éditeur avait même annoncé officiellement la fermeture de son siège social et le licenciement de ses 122 employés. Ce rachat intervient donc à point nommé.
Comment Hewlett-Packard Enterprise compte tirer profit des solutions MapR? Illustrations à l’appui, l’article présente les trois plateformes HPE directement concernées par ce rachat: Intelligent Data Platform, BlueData et MapR. Il retrace également la genèse MapR avec ses étapes de financement et les sérieuses difficultés rencontrées à partir du printemps sur fond de fusion des concurrents Hortonworks et Cloudera.
Un tableau synthétique reprend les principaux faits et chiffres de MapR.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Stephane Huet, directeur général France chez Dell Technologies

Stéphane Huet, Dell: «Dell détient 40 % du marché de l’hyper-convergence, très loin devant HPE et Nutanix.»

L'excellent 3eme trimestre de Dell Technologies renforce l’optimisme de Stéphane Huet, DG France, qui confirme le renforcement des relations avec VMWare, après séparation.