dimanche , 22 septembre 2019
Home / News IT / Mobilité tous azimuts: Groupe PSA prend le volant de TravelCar

Mobilité tous azimuts: Groupe PSA prend le volant de TravelCar

La start-up TravelCar (parking et voitures en autopartage) passe dans le giron de Groupe PSA (Peugeot-Citroën). Un investissement dans les nouveaux modes de mobilité.
Brigitte Courtehoux, Directrice des Services de Mobilité et de Connectivité du Groupe PSA, accueille Ahmed Mhiri et Lofti Louez, fondateurs de TravelCar
Brigitte Courtehoux, Directrice des Services de Mobilité et de Connectivité du Groupe PSA, accueille Ahmed Mhiri et Lofti Louez, fondateurs de TravelCar

Le Groupe PSA déroule le tapis rouge aux nouvelles solutions de mobilité avec l’acquisition de la start-up TravelCar.
Le groupe automobile, qui exploite les marques -entre autres- Peugeot et Citroën, a pris progressivement le contrôle de cette start-up française, spécialisée dans la location de voitures en autopartage et dans le stationnement, et présente dans 60 pays.
TravelCar contribuera désormais directement à la réalisation de la feuille de route de PSA qui cherche de nouveaux services et des modèles économiques innovants associés aux modes émergents de consommation de véhicules: autopartage, locations de voitures ou autres moyens de déplacements motorisés.
Le groupe automobile, dirigé par Carlos Tavares, affiche aussi ses ambitions à travers l’application Free2Move, déjà disponible  dans une dizaine de pays, et qui vient d’arriver en France.
Quelle est la stratégie déployée par le groupe PSA au-delà de la fabrication de nouveaux modèles automobiles? Quel chemin parcouru par TravelCar depuis sa création en 2012?

Acheter cet article au format pdf

10,00 HT

Ajouter au panier

Abonnement pour lire tous nos articles pendant un an

250,00 HT

voir les détails

Vous pouvez lire aussi

Interview de Jean-David Chamboredon, France Digitale Day

France Digitale: accentuer les gros tickets pour les start-up et favoriser les IPO

Jean-David Chamboredon, vice-président de France Digitale, décortique les mécanismes mis en place par l’Elysée pour financer les grandes levées de fonds de la French Tech.