samedi , 21 mai 2022

Mabl: l’appel du test automatisé à l’ère du DevOps

Trois ans après le rachat de leur société Stackdriver par Google, Dan Belcher et Izzy Azeri proposent du test automatisé avec machine learning via leur SaaS Mabl.
Izzy Azeri, cofondateur de Mabl.
Izzy Azeri, cofondateur de Mabl.

Les phases de test s’avèrent primordiales pour tout développement d’application: repérer les bugs, les régressions graphiques, les erreurs JavaScript, les liens brisés, les pages trop longues à afficher (problèmes de latence)…
«A l’heure du déploiement continu, les phases de tests test restent encore fortement manuelles, ou basées sur des scripts rigides. Le plus souvent, les outils traditionnels sont peu ou pas intégrés aux solutions DevOps CI/CD (Continuous Integration/Continuous Delivery),» explique Izzy Azeri, cofondateur de Mabl.

Découvrez le parcours de Dan Belcher et d’Izzy Azeri, cofondateurs de Mabl qui, après avoir revendu StackDiver à Google, ont créé le SaaS Mabl en 2017, intégrant du machine learning au service de l’automatisation des tests. Objectif: intégrer réellement les tests à la chaîne et au rythme DevOps.
L’offre rencontre rapidement du succès et attire les investisseurs qui financent la start-up à hauteur de 30 millions de dollars en moins de deux ans.

Outre l’histoire de la société et ses chiffres clés, Place de l’IT relate une partie des échanges directs avec l’un de ses cofondateurs, aussi bien sur la société, sa solution et sa vision du développement.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Thierry Lottin, directeur général pour la France et l’Afrique du Nord et de l’Ouest chez Veeam

+85% de budget Protection des données pour les entreprises françaises. Cela suffira-t-il?

Cyberattaques, ransomwares… Une étude Vason Bourne/Veeam peint le tableau noir de la protection des données, comme nous le Veeam avec Thierry Lottin, son DG.