vendredi , 17 août 2018
Home / News IT / Le WWF réhabilite la nature de ses données avec Tableau

Le WWF réhabilite la nature de ses données avec Tableau

Malgré ses 80 bureaux dans le monde, l’organisation WWF est parvenue à transcender les silos informatiques pour ouvrir l’analyse de données à l'ensemble de ses 6800 employés.

Afin d’étendre ses capacités d’analyse de données et en ouvrir l’accès à ses 6800 employés, sans forcément causer de ruptures dans les divers systèmes d’informations de ses bureaux dans le monde, le WWF a choisi de déployer Tableau Software.

Samuel Harper, responsable des systèmes métier chez WWF international
Samuel Harper, responsable des systèmes métier chez WWF International

Organisation non gouvernementale internationale (ONGI) et recinnue Fondation d’utilité publique en France, le WWF compte aujourd’hui plus de 6 millions de soutiens, et emploie 6800 employés à temps plein dans 100 pays sur 6 continents.
Depuis sa création, le WWF a investi plus de 11,5 milliards de dollars sur plus de 13 000 projets dans six domaines: la vie sauvage, les océans, les forêts, l’eau douce, le climat et l’énergie, et la nourriture.
«Notre objectif vise à améliorer notre gestion globale avec une équipe en charge de l’intégration des données et de l’analytique pour favoriser notre croissance, améliorer notre objectif et notre efficacité en matière de conservation, et mieux gérer les prestations de nos partenariats. Le tout en optimisant les coûts de structure et la gestion des risques,» explique Samuel Harper, responsable des systèmes métier chez WWF international.
En se lançant dans ce projet, l’organisation avait une vision très claire de ses attentes: obtenir les données à tout moment, avec une information qualité et une structure d’information claire et précise, et intégrant les formats non standards. Les traitements doivent pouvoir être opérés sur un réseau fédérant de multiples organisations informatiques, avec des systèmes de données hétérogènes, et une abondance de fichiers Excel. En outre, il fallait être en mesure de conserver les silos de données opérationnels.

 

Vous pouvez lire aussi

Yan Truong, responsable BI/Big Data à la Mutuelle Générale

La Mutuelle Générale creuse son datalake sur AWS

Un datalake peut parfois remplacer avantageusement un datawarehouse: plus simple et bien moins onéreux. Exemple avec le projet de la Mutuelle Générale.