lundi , 13 juillet 2020
Home / Interviews IT / Smile acquiert SensioLabs: «Unis dans l’open source pour accélérer les projets des clients»

Smile acquiert SensioLabs: «Unis dans l’open source pour accélérer les projets des clients»

Interview croisée: Marc Palazon, Président de Smile, et Fabien Potencier, co-fondateur de SensioLabs (framework PHP Symfony), évoquent le contexte et le potentiel de ce rachat.
Marc Palazon (Smile): un leader du digital ouvert au niveau européen

Smile poursuit sa politique de croissance externe avec une prise de participation majoritaire dans SensioLabs, créateur dès 2005 du framework open source Symfony (en langage PHP). Le montant de l’investissement consenti n’a pas été précisé. Mais cette nouvelle corde à son arc dans l’écosystème open source du groupe intégrateur lui permet de se rapprocher davantage de la communauté Symfony (600 000 développeurs) et d’accentuer son positionnement autour du «digital ouvert».
Entre conseil, intégration et infogérance, la société technologique française a accentué sa croissance en exploitant quatre offres verticales (Digital/Ebusiness, Business Apps, Infrastructure, Embedded/IoT).
Comment se déroule ce rapprochement avec SensioLabs de manière opérationnelle? Pour quelles perspectives? Quels types d’intégration et de synergies sont envisagés? Quelle est la place de Symfony dans l’univers PHP? Comment SensioLabs a-t-elle marqué son empreinte? Quelles seront les priorités de Smile en 2019 ?

Place de l’IT propose un entretien croisé avec Marc Palazon, président de Smile, et Fabien Potencier, co-fondateur de SensioLabs.
Au-delà du rapprochement, les deux entrepreneurs de l’open source commente le récent rachat de Red Hat par IBM qui a secoué le monde de l’open source.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Stephan Hadinger, directeur des technologies chez Amazon Web Services

Stephan Hadinger, Amazon: «Une connexion 3G suffit à un PC virtuel Amazon WorkSpaces pour la bureautique ou l’email.»

Le directeur des technologies chez AWS évoque l’offre de postes de travail virtuels Amazon WorkSpaces, ses avantages, sa sécurité et ses possibilités d’intégration et de gestion.