dimanche , 16 décembre 2018
Home / Interviews IT / Brian Joynt – Information Builders: «L’entreprise ne veut plus dépendre d’un éditeur unique pour ses données»

Brian Joynt – Information Builders: «L’entreprise ne veut plus dépendre d’un éditeur unique pour ses données»

Comment exister pendant plus de 40 ans face aux géants sur le marché analytique? Réponses avec le New-Yorkais Informations Builders.

Depuis sa création en 1975, Information Builders reste fidèle à son crédo: démocratiser l’accès aux données et aux rapports analytiques, en proposant des outils simples à manipuler par l’utilisateur final.

Brian Joynt, senior vice-président international chez Information Builders
Brian Joynt, senior vice-président international chez Information Builders

Malgré les nombreux rachats et la rude concurrence dans le secteur de l’informatique analytique et la présence de géants comme Oracle, SAP, Teradata, Sas ou Microsoft (entre autres), l’éditeur new-yorkais reste très présent sur le marché, avec de nombreux clients dont le Groupe Bolloré, le Conseil de l’Europe, le Crédit Mutuel, Ford, Pernod Ricard Nordic, Siemens… En mai 2017, le fonds d’investissement Private Capital Investing Group (Goldman Sachs) a même investi dans la société spécialiste de l’analytique.Retour sur un positionnement et une histoire qui permettent toujours à cet éditeur indépendant de continuer à tirer son épingle du jeu.
Entretien avec par Brian Joynt, senior vice-président international chez Information Builders, lors de son passage à Paris dans le cadre d’un Summit. Quelle position prise dans l’analytique ? Quelle évolution entre la plateforme BI WebFocus, l’intégration avec Iway ou Omni-Gen (MDM/qualité des données) ? Comment intégrer les aspects Big Data ou DataHub ? Biran Joynt revient aussi sur l’accord signé avec Amazon Web Services (AWS) dans le Cloud.

Vous pouvez lire aussi

Vol massif de données au ministère des Affaires Etrangères: le flux d’Ariane perdu

Vol de données: Le ministère des Affaires Etrangères a perdu le fil d’Ariane

Une fuite de données personnelles a affecté le service Ariane (sécurité des voyageurs) du ministère des Affaires étrangères. Plus d’un demi-millions de contacts sont affectés.