jeudi , 24 septembre 2020
Home / Interviews IT / Grégory Ouillon, New Relic: «L’IA améliore sensiblement les recommandations face aux incidents ou pour les prévenir.»

Grégory Ouillon, New Relic: «L’IA améliore sensiblement les recommandations face aux incidents ou pour les prévenir.»

Très cotée sur le marché de l’APM, New Relic n’a pas fini de faire parler d’elle. Place de l’IT a rencontré Grégory Ouillon, son directeur technique EMEA, de passage à Paris.
Grégory Ouillon, directeur technique EMEA chez New Relic
Grégory Ouillon, directeur technique EMEA chez New Relic

En 2008, Lewis Cirne crée la société New Relic (anagramme de son prénom et son nom) à San Francisco, proposant une solution d’APM exclusivement en mode SaaS, baptisée New Relic One. En sept ans, New Relic lèvera plus de 214,5 millions de dollars, avant d’entrer en bourse au Nasdaq en décembre 2014. La filiale française de New relic a ouvert ses portes en novembre 2018.
Pur mieux comprendre cet acteur très dynamique de l’APM, Place de l’IT a rencontré son directeur technique EMEA, Grégory Ouillon. L’article retrace l’histoire de la société, avec un encadré reprenant les principaux faits et chiffres.

A l’ère de “l’économie du logiciel”, quel rôle une solution APM est-elle amenée à jouer? Quels nouveaux besoins voyez-vous apparaître? Comment optimiser le traitement des messages de plus en plus nombreux? Par l’automatisation de la remédiation? Allez-vous utiliser l’analyse des logs pour d’autres applications? Quels concurrents rencontrez-vous sur le terrain? Quels liens entre votre plate-forme APM de nouvelle génération et le DevOps?

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Ragy Thomas, fondateur et CEO de Sprinklr

Sprinklr, la gestion de l’expérience client à près de trois milliards de dollars. Sérieux?

En une dizaine d’années, la startup new-yorkaise Sprinklr a déjà levé 578 millions de dollars. Face à Adobe, Oracle ou Salesforce, rien ne lui fait peur.