mardi , 29 novembre 2022

Gestion des smartphones en ligne, SAV hyper réactif, empreinte carbone… Quand votre entreprise passe-t-elle au reconditionné?

Des équipements mobiles reconditionnés gérés de A à Z par un spécialiste hyper-réactif. Une belle promesse expliquée par Christophe Brunot, cofondateur de Largo.
Christophe Brunot, cofondateur de Largo
Christophe Brunot, cofondateur de Largo

Grâce à l’industrialisation des réparations, au déploiement d’un ERP (Proginov) et de divers logiciels spécialisés, et à des services évolués, Largo peut gérer tous les équipements mobiles (smartphones, tablettes, portables et accessoires) d’une entreprise depuis l’on-boarding jusqu’au départ de l’employé. Et ce, avec des délais de réparation record grâce à son service en ligne. Voir notre portrait de Largo.
Une activité qui semble lui réussir, puisqu’en 6 ans, elle a recruté plus de 100 collaborateurs qui réaliseront un chiffre d’affaires de plus de 20 millions d’euros en 2022. Elle a déjà levé près de 27 millions d’euros, dont 23 millions d’euros lors de son entrée en bourse en avril 2021 (Euronext). La première société de reconditionnement de terminaux électronique à être cotée!
Bien qu’elle ait eu des entreprises clientes depuis plusieurs années, Largo a réellement pris le virage du B2B (marché interentreprises) fin 2021, avec des perspectives très prometteuses.
Pour en savoir plus et comprendre l’intérêt du reconditionné pour les entreprises, Place de l’IT s’est entretenue avec Christophe Brunot, cofondateur de Largo.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Philippe Loudenot, ex-FSSI des ministères sociaux , devenu Cyber Strategist chez Forecomm

Philippe Loudenot, ex-FSSI des ministères sociaux : «Sécurité informatique dans la santé : on empile sans revoir les fondations»

Après la cyberattaque et le chantage au ransomware subis fin août par le Centre Hospitalier Sud Francilien (CHSF), Philippe Loudenot aborde les faiblesses de la sécurité informatique dans le secteur de la santé. Sans concession.