samedi , 28 mai 2022

Commerce électronique en 2018: «l’effet Gilets Jaunes» limité selon la Fevad

Le-commerce français se porte bien avec des ventes encore sous la barre des 100 milliards d’euros. Plus pour longtemps, selon la Fevad.
Bilan e-commerce 2018: La Fevad, Médiamétrie, CSA et Oxatis mis à contribution
Bilan e-commerce 2018: La Fevad, Médiamétrie, CSA et Oxatis mis à contribution

La Fevad vient de publier son état des lieux du commerce électronique en France de l’année 2018, en association avec Médiamétrie, Oxatis et l’institut CSA.
Le club des acteurs du e-commerce et de la vente à distance enregistre un niveau de dépenses de 92,6 milliards d’euros en 2018, soit une progression de 13,4% sur un an.
Quel a précisément été l’impact du mouvement des «Gilets Jaunes» suer le secteur ? A-t-on enregistré un «fléchissement» de la croissance suite aux tensions sociales dans le pays ? Concrètement, comment ces turpitudes ont pesé dans les activités des sites marchands?
La Fevad apporte son éclairage en précisant la contribution globale des principaux acteurs de l’e-commerce.
Quel chiffre d’affaires au global? Quelle évolution du panier moyen? Quelle répartition entre les achats online réalisés depuis un ordinateur et depuis un smartphone ? Comment se démarque les marketplaces ? Quel niveau de dépense pour Noël et le Black Friday?
Place de l’IT a revient aussi sur le classement d’audience des sites et applications marchandes avec un top cinq qui évolue en termes de challengers. Toujours derrière un Amazon dominant.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Thierry Lottin, directeur général pour la France et l’Afrique du Nord et de l’Ouest chez Veeam

+85% de budget Protection des données pour les entreprises françaises. Cela suffira-t-il?

Cyberattaques, ransomwares… Une étude Vason Bourne/Veeam peint le tableau noir de la protection des données, comme nous le Veeam avec Thierry Lottin, son DG.