jeudi , 7 juillet 2022

CryptoMondays Paris: la fièvre ICO monte chez les start-up en mode blockchains

Session CryptoMondays Paris à Station F: reportage avec 6 start-ups orientées blockchain à la recherche d’un financement en crypto-monnaies (ICO).
CryptoMondays Paris : la photo finale officielle
CryptoMondays Paris : la photo finale officielle (août 2018)

Reportage sur la session CryptoMondays Paris organisée lundi soir (27 août) à Station F. C’est le rendez-vous de la rentrée des start-up orientées blockchains à la recherche d’un financement de leurs activités par crypto-monnaies (ICO), avec la présence de son organisateur Lou Kerner.
Cette 6ème édition a été parrainée par l’Association Française pour la Gestion des Cybermonnaies (AFGCybermonnaies), Woorton («fournisseur de liquidités pour investisseurs professionnels») et Chain Accelerator du nom d’une structure hybride entre l’incubateur et l’accélérateur dédié aux projets crypto-X hébergée à Station F.
La session a permis de découvrir six start-up ayant pris position sur les blockchains et qui ont entamé (ou qui s’apprêtent à enclencher) un processus ICO (Initial Coin Offering), c’est-à-dire une méthode de levée de fonds fonctionnant via l’émission d’actifs numériques (appelés tokens) échangeables contre des cryptomonnaies durant la phase de démarrage d’un projet levée de fonds par crypto-monnaies (bitcoins, ethers…).
Place de l’IT a suivi les pitches de Wesep (héritage), MoneyTrack (paiement dirigé), ADMCS (logistique), Ledgity (investissement non coté), LivingWay (réseau social) et Arianee (identification digitale des objets). Et vous dévoile les vainqueurs!

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Jean-Marc Gonon, président de Wisper

Wisper, le chuchotement français du poste de travail virtuel devrait rapidement résonner sur le marché

Sans bruit, le français Wisper et ses postes de travail virtuels accélèrent et s’internationalisent, comme le confirme Jean-Marc Gonon, son président.