mardi , 15 octobre 2019
Home / Interviews IT / Benoit Grunemwald, Eset: “Nos solutions de sécurité passeront sur le cloud en 2020.”

Benoit Grunemwald, Eset: “Nos solutions de sécurité passeront sur le cloud en 2020.”

L’antivirus Eset NOD32 a survécu aux années 90 grace aux entreprises. Rencontre avec Benoît Grunemwald, son directeur des opérations en France: marché, cloud, best-of-bread… Et au-delà de la sécurité?
Benoît Grunemwald, directeur des opérations chez Eset France
Benoît Grunemwald, directeur des opérations chez Eset France

Présent dans 200 pays, l’éditeur slovaque (Bratislava) de solutions de sécurité Eset revendique plus de 400 000 clients (Allianz, Mitsubishi, Canon, Toshiba, Deloitte, Greenpeace, Renault, la Gendarmerie Nationale…) et plus de 110 millions d’utilisateurs dans le monde. La société emploie plus de 1000 employés, dont 500 chercheurs répartis dans 13 laboratoires.
Après un résumé des solutions proposées et des cibles visées, Place de l’IT rapporte une interview réalisée auprès de Benoit Grunemwald, directeur des opérations chez Eset France et Afrique francophone (dont le Maroc ouvert fin 2018).

Eset est aujourd’hui très présent dans l’entreprise, y compris les grands groupes… Eset va-t-elle rester cantonnée à la sécurité, ou étendra-t-elle ses fonctions à la gestion des équipements ou de la mobilité, par exemple? Comment vous positionnez-vous alors face à des logiciels du marché qui proposent, eux, une solution globale? Qu’en est-il du cloud, toujours délicat dès qu’il s’agit de sécurité? Combien d’employés et de partenaires compte Eset France?
Plusieurs illustrations technologiques illustre cette interview.

Acheter cet article au format pdf

10,00 HT

Ajouter au panier

Abonnement pour lire tous nos articles pendant un an

250,00 HT

voir les détails

Vous pouvez lire aussi

Guillaume Poupard, directeur de l’Anssi

Guillaume Poupard, Anssi: la sécurité des réseaux 5G est dans les tuyaux, mais quid des smart cities?

Le directeur de l’Anssi aborde le contrôle renforcé des équipements pour sécuriser les futurs réseaux 5G. Cependant, le segment smart city manque à l'appel.