mardi , 15 octobre 2019
Home / Interviews IT / Benoit Dageville, Snowflake: “Le langage SQL se révèle meilleur face aux technologies de type Hadoop, GFS et autres.”

Benoit Dageville, Snowflake: “Le langage SQL se révèle meilleur face aux technologies de type Hadoop, GFS et autres.”

Entretien avec Benoit Dageville, cofondateur de Snowflake, qui revient sur la genèse de la startup, sa vision technologique et sa perception du marché européen.
Benoit Dageville, cofondateur et président Produits chez Snowflake
Benoit Dageville, cofondateur et président Produits chez Snowflake

Place de l’IT a plusieurs fois rencontré Snowflake et ses dirigeants, et le succès de la licorne confirme tout l’intérêt que suscitent et ses managers et sa technologie.
Le mois dernier, Benoit Dageville, cofondateur et président Produits chez Snowflake, accordait une interview à Place de l’IT à San Francisco. L’occasion d’aborder de multiples sujets: la naissance de la société, ses principaux leviers technologiques, les applications, sa perception de l’Europe, ou encore la nomination de Frank Slootman.
Une interview variée balayant plusieurs thématiques: Snowflake est née dans le sillon du Big Data, mais en transactionnel avec du SQL… Traitez-vous aussi les nouveaux types de données comme les logs ou les graphs? Que signifie la réplication Globale mise en avant par Snowflake? Considérez-vous Snowflake comme une plate-forme applicative? Comment se déroule votre aventure en Europe? Le départ de Bob Muglia et l’arrivée de Frank Slootman ont surpris nombre d’observateurs…
Un article très illustré avec des schémas expliquant concrètement les spécificites d’architecture de la plateforme.

Acheter cet article au format pdf

10,00 HT

Ajouter au panier

Abonnement pour lire tous nos articles pendant un an

250,00 HT

voir les détails

Vous pouvez lire aussi

Guillaume Poupard, directeur de l’Anssi

Guillaume Poupard, Anssi: la sécurité des réseaux 5G est dans les tuyaux, mais quid des smart cities?

Le directeur de l’Anssi aborde le contrôle renforcé des équipements pour sécuriser les futurs réseaux 5G. Cependant, le segment smart city manque à l'appel.