mercredi , 4 août 2021

Atos veut orchestrer les plateformes supportant les écosystèmes

Lors des Atos Technology Days, Elie Girard, directeur général d’Atos, a fait plusieurs annonces et confirmé les ambitions du Groupe français sur l’économie des plateformes.
Elie Girard, directeur général du Groupe Atos
Elie Girard, directeur général du Groupe Atos

Comment passer majoritairement de prestations de services informatiques traditionnelles à l’accompagnement de projets sur les tendances innovantes, sans pour autant sacrifier son chiffre d’affaires?
Il semblerait qu’Atos soit en passe de réussir ce pari, selon Elie Girard, directeur général du Groupe: «Les services informatiques traditionnels enregistrent une baisse significative dans nos activités. Par ailleurs, la donnée, le cloud, la cybersécurité et la décarbonation croissent de 45% par an, et représentent plus de 50% de notre chiffre d’affaires. C‘est pourquoi nous envisageons de porter cette part à deux tiers de notre chiffre d’affaires en 2025.»
Pour le dirigeant, il s’agit donc de préparer sereinement l’avenir en privilégiant divers investissements comme Atos OneCloud et son écosystème (lire notre article), la sécurité numérique, l’informatique quantique, la décarbonation vers le « zéro émission nette» (A to Zero), et l’expérience Employé Impliqué (“Engaged Employee Experience”).
Dans une économie de la donnée et des écosystèmes incontournables  (puisqu’une seule entreprise ne peut plus tout faire toute seule), les plateformes numériques -ou plateformes digitales pour les moins sourcilleux sur la langue de Molière- deviennent le nouvel eldorado.
L’article revient sur les principales déclarations et annonces évoquant la Digital Decarbonization Platform, les Security Managed Services, Atos OneCloud, l’Atos Computer Vision Platform. et surtout l’Atos Digital Hub.

Rendre cet article en accès gratuit et visible par tous

500,00 HT

S’abonner pour accès illimité 1 an

250,00 HT

voir les détails

Acheter article à l’unité (format PDF)

10,00 HT

Ajouter au panier

Vous pouvez lire aussi

Les cofondateurs de Celonis : Bastian Nominacher (co-CEO), Martin Klenk (CTO) et Alexander Rinke (co-CEO)

Révolution: La décacorne Celonis risque fort de décoiffer l’informatique d’entreprise

Comment cet éditeur allemand a-t-il déjà levé près de 1,4 milliard de dollars? Rencontre avec Fadi Naffah, directeur général France, Moyen-Orient et Afrique chez Celonis.