- Place de l'IT - https://placedelit.com -

Paiement mobile: Samsung Pay accède à la clientèle du Crédit Agricole

Paiement mobile: accord Samsung Pay et Crédit Agricole
Paiement mobile: accord Samsung Pay et Crédit Agricole

Le Crédit Agricole adopte à son tour Samsung Pay. Belle prise pour la branche française de Samsung Electronics! Le réseau bancaire commence à accepter le service de paiement mobile disponible sur les terminaux Samsung, arrivé sur le marché français en avril 2018.
A l’époque, seul le groupe BPCE (réseaux Banque Populaire et Caisse d’Epargne) avait établi un partenariat dans l’Hexagone.
La mise à disposition dans les agences des caisses régionales du groupe Crédit Agricole et aux 21 millions de clients du réseau et sera complète d’ici mi-avril.
«Cette association avec la première banque française en nombre de clients représente une avancée décisive dans le déploiement de Samsung Pay en France», se féliicite  Laurent Moquet, sirecteur marketing B2B IM chez Samsung France. Concrètement, 19 caisses, qui représentent d’emblée 50% de la clientèle groupe, entrent dans la boucle immédiatement comme celle de l’Ile-de-France. Les 20 autres caisses de la Fédération nationale suivront dans la foulée.
Les clients de la banque mutualiste détenteurs d’une carte MasterCard (90%) sont éligibles à l’usage de Samsung Pay. Ils pourront régler leurs achats avec un smartphone dans un magasin équipé d’un terminal de paiement (TPE) sans contact. Le plafond de paiement est similaire à celui de la carte bancaire. «Le paiement mobile représente pour nous une avancée majeure. Nous souhaitons le développer et le proposer à tous nos clients», explique Marc-Antoine Hennel, directeur marketing, digital et data de Crédit Agricole Payment Services.

Samsung Pay: l'influence dans le monde (août 2018)
Samsung Pay: l’influence dans le monde (août 2018)

Samsung Pay touche la moitié du marché

Dans le secteur financier, Samsung Pay est également compatible avec Boursorama (la banque en ligne du groupe Société Générale) et Lydia (start-up française exploitant son propre portefeuille numérique). Au-delà, le service de paiement mobile du groupe électronique coréen a trouvé d’autres profils de partenaires comme les émetteurs de titres restaurants avec Edenred (émetteur Ticket Restaurant) et Apetiz (groupe BPCE) mais aussi l’assistant personnel Max (Crédit Mutuel Arkea) qui intègre une offre de carte bancaire personnalisée.
Samsung ne communique pas le nombre d’utilisateurs actifs de son porte-monnaie électronique en France. En l’état actuel, en prenant en compte le nombre de détenteurs de cartes bancaires actives en France (67 millions), Samsung Pay est en mesure de toucher potentiellement la moitié de cette base grâce aux accords signés avec BPCE et Crédit Agricole.
Au niveau mondial, le groupe coréen avait précisé, lors d’un pointage en août 2018 que son service de paiement mobile était désormais disponible sur 24 marchés dans le monde et qu’il avait enregistré 1,4 milliard de transactions depuis son lancement en août 2015 sur son marché domestique en Corée du Sud.
Il revendique 2000 partenaires financiers dans le monde, incluant des réseaux bancaires mais aussi d’autres fournisseurs technologiques de paiements comme Alipay et WeChat Pay (Chine), BHIM UPI (Inde), Payco (Corée du Sud), Chase Pay et PayPal (Etats-Unis) et Napas (Vietnam).
Qur le modèle économique, Samsung Pay se montre très offensif: priorité est donnée au développement des usages de paiement mobile…sans système de commissionnement sur le montant des achats réalisés (contrairement à des concurrents comme PayPal).

Samsung Pay: illustration paiement in-app
Samsung Pay: illustration paiement in-app

Plus vous achetez, plus vous gagnez des points

Samsung Electronics France a profité d’un show-room parisien pour mettre en avant sa nouvelle gamme Galaxy S10 sous Android P dont la commercialisation va vraiment démarrer en France prochainement. Les modèles (Galaxy S10e, Galaxy S10 et Galaxy S10+) et surtout le smartphone pliable Galaxy Fold ont été présentés lors du récent Mobile World Congress.
Ce rendez-vous/démonstration fut aussi l’oaccaion de présenter des nouveautés connexes à Samsung Pay comme Samsung Rewards, un système de fidélité importé en France à la fin de l’année dernière. Le principe est simple: «Plus vous réalisez de paiements avec Samsung Pay, plus vous gagnez des points de fidélité à convertir en bons d’achats dans les boutiques Samsung et dans un réseau d’enseignes partenaires.» A ne pas confondre avec l’autre programme global pour récompenser les meilleurs clients de la marque: Samsung Members (concours, invitations exclusives, bons plans sorties).
Parallèlement, une nouvelle fonction fait son apparition en France: le paiement in-app (achat direct réalisé au sein même d’une application) avec Samsung Pay démarre sur les magasins d’applications Galaxy Store et Galaxy Themes. Il est prévu que cette fonction s’étende au-delà de la sphère des services du fabricant de smartphones leader mondial.

Samsung Pay: triple couche de sécurité

Samsung a installé plusieurs couches de sécurité sur son service de paiement mobile accessible via authentification biométrique (empreinte digitale ou reconnaissance d’iris et/ou un code PIN, où si vous préférez la méthode classique ou si les autres systèmes sont défaillants). Le chiffrement des données bancaires est assuré par la passerelle globale de sécurité Samsung Knox intégrée dans les terminaux numériques de la marque.
Lors d’une transaction, une «carte numérique» est générée par un procédé permettant de remplacer les données sensibles d’un client (numéro de la carte, date d’expiration, etc.) par un numéro spécifique à l’appareil. Seul cet identifiant de carte numérique est stocké dans Samsung Pay. Il sert de relais de transmission à la banque de l’utilisateur pour chaque paiement effectué. Conséquence: le service de paiement mobile n’a pas d’accès direct au compte bancaire de l’utilisateur.
Samsung Pay intègre également un «environnement sécurisé» (Trusted Execution Environment ou TEE) en connexion avec un processeur dédié qui autorise l’accès aux opérations/informations sensibles telles que l’empreinte digitale et les informations de paiement.
Coté connectivité sans fil, Samsung Pay a uniquement recours au Near Field Communication (NFC) en France pour procéder aux transactions à courte distance avec le TPE. Ailleurs dans le monde, Samsung Pay peut exploiter la technologie MST (Magnetic Secure Transmission), une méthode de transmission des données à l’aide d’ondes magnétiques qui permet de transformer tout lecteur de cartes à piste magnétique en terminal de paiement sans contact.

Marché du paiement sans contact en france (groupement Cartes Bancaires CB)
Marché du paiement sans contact en france (groupement Cartes Bancaires CB)

Tout frais: Apple Pay chez La Banque Postale

La concurrence est féroce dans les moyens de paiement mobile en France. Elle s’est renforcée avec l’arrivée de Google Pay signalée fin 2018. Tout récemment, La Banque Postale vient d’activer Apple Pay en lien avec une carte de paiement Visa émise par l’établissement bancaire (branche du groupe La Poste). Un atout qui devrait lui servir dans sa future banque digitale Ma French Bank, qui doit arriver courant 2019. Une vingtaine d’accords similaires Apple Pay sont recensés dans l’Hexagone (mais sans le Crédit Agricole).
Parallèlement, les groupes bancaires (dont Crédit Agricole) se sont également réunis autour d’une plateforme commune PayLib qui peine à trouver ses marques.
Plus globalement, le mode de paiement sans contact par le biais d’un wallet sur smartphone ne parvient pas à décoller face à l’essor du paiement sans contact par carte bancaire. Selon le Groupement Cartes Bancaires CB, le volume de transactions sous cette dernière forme a bondi de 604,9 millions en 2016 à 1,2 milliard en 2017.