- Place de l'IT - https://placedelit.com -

40 millions d’euros: le nouvel élan d’Alan dans l’assurance santé

Alan

Création 2016
Siège Paris
Dirigeant Jean-Charles Samuelian
Fondateurs Jean-Charles Samuelian, Charles Gorintin
Effectif 65 personnes
Financement global 75 millions d’euros
Dernier financement 40 millions d’euros
Investisseurs Index Ventures, DST Global, CNP, Partech, p3VC, Kima Ventures

Les technologies transforment les acteurs traditionnels de l’assurance. Dans les déclinaisons AssurTech, des start-up démarrent de zéro pour aborder une problématique de marché sous un nouvel angle. C’est le cas d’Alan, co-fondée début 2016 par Jean-Charles Samuelian et Charles Gorintin.
Spécialiste en offres d’assurance complémentaire santé, la jeune pousse vient de lever 40 millions d’euros auprès du fonds Index Ventures (l’un des investisseurs de BlaBlaCar) qui renforce sa position dans le capital et des partenaires de DST Global, une société d’investissements technologiques d’origine russe dont le directeur associé Tom Stafford. Le montant de la nouvelle valorisation d’Alan n’est pas précisé.
Depuis le démarrage de ses activités, la jeune pousse a levé 75 millions d’euros. Le précédent tour de table de 23 millions d’euros, remontant à avril 2018, réunissait déjà Index ventures mais aussi Kima Ventures (fonds de Xavier Niel) et les investisseurs historiques: Open CNP (programme start-up de CNP Assurances), le fonds Partech et p3VC (une branche du fonds d’investissement en capital-développement Sagard Holdings).

Alan lève 40 millions d'euros
Alan, fondée par Jean-Charles Samuelian et Charles Gorintin, lève 40 millions d’euros

2000 entreprises clientes avec une myriade de start-up

Le crédo d’Alan: simplifier l’approche de l’assurance-santé perçue comme un casse-tête par les PME et les travailleurs indépendants. La start-up joue la carte de la dématérialisation des procédures (souscriptions, devis, remboursements…).
Avec ce nouvel apport d’argent frais, Alan compte pousser encore la fluidité de son service accessible depuis un site Web à partir d’un ordinateur, mais aussi une application mobile. La sjeune pousse souhaite accélérer son recrutement pour atteindre 175 personnes d’ici la fin de l’année (65 actuellement dont environ un tiers sur le pôle technologique) et étendre son influence en Europe.
Entre 2017 et 2018, Alan revendique un chiffre d’affaires qui a bondi de 3,5 millions d’euros à 22 millions d’euros. Elle se déclare “proche de l’équilibre” financier. La start-up en mode AssurTech revendique plus de 2000 entreprises clientes (contre 850 en avril 2018), soit un cumul de 27 000 personnes couvertes (5000 personnes un an plus tôt). Son objectif vise à toucher 100 000 assurés d’ici 2021. Ce qui demeure raisonnable.
Parmi ses clients BtoB figurent une myriade de start-up comme My Little Paris et Converteo (marketing digital), Le Slip Français (vente de sous-vêtements pour homme), Ledger (coffre-fort digital pour crypto-monnaies) ou encore October (ex-Lendix, crowdlending -forme de financement participatif pour les entreprises).

Parole à une entreprise cliente

Pour illustrer l’attractivité du service d’Alan, Place de l’IT a contacté la directrice des ressources humaines de Ledger (voir focus) qui met en avant divers avantages en termes de couverture médicale. Outre la gestion 100% en ligne pour l’entreprise (inscription, radiation, suivi des collaborateurs inscrits), la procédure d’inscription des collaborateurs en ligne est «très rapide, en adéquation avec le type de population Tech de Ledger qui est en attente de services digitaux: image positive et moderne de l’entreprise». La DRH de la société spécialisée dans les «hardware wallets» évoque aussi un «service client efficace»: en cas de question, Alan permet de répondre aux collaborateurs «très rapidement» et «contribue à améliorer l’image de la DRH et de sa politique d’avantages sociaux». Et le fait de disposer d’un interlocuteur unique pour l’offre santé et prévoyance est également appréciée.
Alan cherche à créer «l’expérience santé la plus évidente pour tous», évoque Jean-Charles Samuelian, co-fondateur et CEO. Auparavant, il avait co-créé Expliseat pour la conception de sièges d’avion léger de classe éco, adoptés par plusieurs compagnies aériennes. Une première expérience de création de start-up qui lui a permis de découvrir la complexité pour trouver un contrat d’assurance complémentaire santé. Ce qui éclaire la suite de son parcours d’entrepreneur à travers la création d’Alan.

Alan: un service disponible sur mobile et ordinateur
Alan: un service disponible sur mobile et ordinateur

Une approche originale de l’assurance

La start-up compte aussi se distinguer par l’originalité de ses prestations avec Alan Map. Cete fonction permet aux assurés de connaître sur un territoire donné les tarifs et niveaux de remboursement des médecins (généralistes et spécialistes). Une fonctionnalité développée à partir de l’annuaire santé de l’Assurance maladie.
Autre volet: le remboursement partiel des séances de méditations en partenariat avec l’application Petit Bambou. D’autres partenariats ont été mis en place avec PayFit (logiciel de paie et RH) et Livi (téléconsultation, un segment e-santé qui décolle avec le remboursement par l’Assurance maladie des rendez-vous vidéo médicaux à distance). Une plateforme commune baptisée Sésame a été érigée entre Alan, Malt (service de soutien aux freelances qui a annoncé la semaine dernière une levée de fonds de 25 millions d’euros) et Qonto («néobanque des entrepreneurs» qui a levé 20 millions d’euros en septembre 2018). L’équipe d’Alan côtoie beaucoup les start-up.
En 2017, en rejoignant la première promotion du Facebook Startup Garage hébergé à Station F, elle a pu se rapprocher du plus vibrant écosystème de start-up actuellement sur la place parisienne, et mettre en avant ses services aux centaines de jeunes pousses hébergées dans le campus parisien d’innovation de Xavier Niel.
Règlementation stricte oblige, Alan est soumise au contrôle de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR)/ Banque de France. Le volet réassurance est pris en charge par CNP et SwissRe. L’entreprise parisienne met en avant le fait qu’elle est la première société indépendante à obtenir un agrément d’assureur en 30 ans.
Il suffit de saisir la requête «assurance santé» sur Google pour voir les principaux concurrents d’Alan: des acteurs traditionnels comme Macif ou MMA (deux marques du groupe Covea). Ces groupes sont également confrontés à la problématique de la transformation digitale dans le sens d’une automatisation des processus, d’une relation client plus personnalisée et d’une exploitation plus évoluée des données.